Épisode 19 L'information et la défense des acteurs de complément

1% soit 82 centimes

1%, non je vous rassure : vous ne rêvez pas !
1% c’est bien l’augmentation de notre misérable salaire minimum que nous proposent, après 2 années de stagnation, nos employeurs de l’U.S.P.A (Union Syndicale de la Production Audiovisuelle)
Nous avons de vraies propositions à leur faire, mais 82 centimes, là non, ce n’est pas sérieux. Un peu de respect !!!
Rappelons que, jusqu’en 2008, nous étions payés, de fait, pour la télévision et pour le même travail, au tarif minimum du cinéma, soit 95,22 euros. Quels salariés accepteraient aujourd’hui une diminution de 13% en 3 ans de leur rémunération ?
Qu’il soit donc bien clair que, cette fois-ci, nous ne nous laisserons pas faire : nous sommes déterminés à employer tous les moyens nécessaires pour que désormais les actrices et acteurs de complément soient traités et considérés à l’égal de tous les professionnels qui œuvrent avec conscience et loyauté sur leurs plateaux.
En d’autres termes, s’ils ne changent pas radicalement leur comportement, ils doivent s’attendre à de graves problèmes sur leurs tournages en plein accord avec nos syndicats représentatifs.

Quand on n’a plus rien à perdre, vient le temps de la colère…

Nous profitons de l’occasion pour vous rappeler que la journée de travail est de 8 heures à partir de l’heure de convocation. (Convention collective IDCC 2642 « Article VI.8.4 »)
Vous ajoutez à cela 1 heure pour la pose déjeuner.
Quand à l’heure de départ, ce n’est pas forcément celle de « fin de journée » mais celle à laquelle vous êtes libérés et signez la feuille d’émargement (après déshabillage éventuel )